Didd

Mémoires et bricolages salés et iodés

24 mars, 2010

Howard Blackburn le dorrisier aux mains gelés

Classé dans : photos et commentaires perso,videos youtube — didd @ 0:27

blackburn2.jpg 

Banc de Terre Neuve le 25 Février 1883, ils sont comme des cons Howard Blakburn et son patron de doris Tom Welch : ils ont perdula Goélette « Grace L. Fears ». Comme souvent dans ces parages mal famés le temps a vite changé. Le vent a fraichi tout en refusant, les bourrasques de neige rendent la visibilité nulle et la nuit qui tombe n’arrange rien. Malgré leur efforts aux bancs de nage les deux hommes n’arrivent pas a remonter ce vent, une ancre flottante est improvisée La goélette ils la retrouveront demain, une nuit épouvantable a passer dans le doris s’annonce, mais ils en ont vus d’autres.Le lendemain dans l’impossibilité de retrouver la goélette, Blackburn décida de rallier la côte par ses propres moyens, à l’aviron, malgré la perte de ses gants, passés à la mer. Il savait que ses doigts allaient geler, et il les laissa en « crochet » afin de pouvoir continuer à ramer quand l’inévitable serait arrivé. Il essaya de sauver sa main droite grâce à l’une de ses chaussettes mais rien ni fit, au contraire, les doigts de ce pied gelèrent aussi. Son collègue renonça à ramer avec Blackburn et se coucha au fond du doris. Il mourut de froid dès le deuxième jour. « Howard fit une prière et donna à son compagnon le tombeau des marins »  800pxwinslowhomer0062.jpg

Au bout de 5 jours sans eau, nourriture ni sommeil, Blackburn atteint le rivage de Terre-Neuve. Son compagnon fut enterré et Blackburn fut traité pour ses doigts et doigts de pied gelés. Il perdit tous ses doigts, ainsi que ses pouces jusqu’à leur première articulation, et beaucoup de doigts de pieds (?)  Blackburn retourna à Gloucester (port d’attache de l’essentiel de la partie américaine de la flotte des goélettes pratiquant la pêche à la morue sur les Bancs, se prononce « Glouster » car les marins anglo-saxons se nourrissent de syllabes), où il fut accueilli en héros et ouvrit un bar grâce au support de la communauté. Il se fatigua assez vite de son comptoir et organisa une expédition pour aller chercher de l’or au Klondike (Alaska) par la mer en passant par le Cap Horn plutôt qu’à travers le pays, car c’était plus rapide et moins risqué à l’époque… Il ne trouva guère d’or et décida d’accomplir un nouvel exploit : traverser l’Atlantique en solitaire. Cela avait déjà été fait par Alfred Johnson en 1876 sur son Centennial, et Joshua Slocum avait déjà quant à lui fait le tour du monde en solitaire sur son Spray en 1898. Mais tous les deux avaient des doigts ! Blackburn quitta Gloucester sur son sloop Great Western en 1899 et atteignit les côtes anglaises en 62 jours. Il repartit en 1901 pour rallier le Portugal sur son sloop de 7.60 m Great Republic. Il échoua dans sa troisième traversée de l’atlantique dur le doris ponté America.

Source : Fortement inspiré du glossaire d’Arwen Marine http://www.arwenmarine.com/GlossaireA1.html blackburn2010022222.jpg Le Howard Blackburn du bout du monde

 Image de prévisualisation YouTube

 

 

chezjules |
flores |
Fish3chips |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | fun top super coi !!
| PAWÔL VWÊ
| avisdroitsocial