Didd

Mémoires et bricolages salés et iodés

10 février, 2011

CONSTRUCTION AMATEUR D’UN VOILE AVIRON ILUR 3iéme partie

Classé dans : photos et commentaires perso,textes personnels — didd @ 0:49

***FABRICATION DE LA FAUSSE ETRAVE*** lamellé collé de sapelli.

Début  Lundi 6 février 2011. Débit de 12 lattes de sapelli ép4 largeur 54 mm. Puis relevé de la courbe réelle étrave brion et  début de quille.

finitiontrave.jpg

2 petites lattes en bois rouge ép. 5mm sont collées sur elles même directement sur l’étrave, ensuite l’ensemble est rigidifié au moyen de chutes (lattes de bordé).

finitiontrave3.jpg

Forme de l’étrave, au niveau du brion il me sera nécessaire de rigidifier davantage.

finitiontrave5.jpg 

La forme relevée de l’étrave est posée sur le plan, de travail, 20 taquets sont vissés en appui dessus. Le gabarit de la fausse étrave est réalisé.

 finitiontrave7.jpg

Moulage de la fausse l’étrave. finitiontrave9.jpg

Fausse étrave après séchage et ponçage.

finitiontrave10.jpg 

Fausse étrave montée à blanc, sur l’arrière scarf pour recevoir la pièce de quille.

 ***FABRICATION DE LA FAUSSE QUILLE FINITION DU PUITS DE DERIVE***

finitionquilledrive.jpg 

Ouverture de passage du puits de dérive largeur 40 mm. Scie circulaire.  finitionquilledrive1.jpg

Réalisation de la fausse quille avec passage du puits de dérive.

finitionquilledrive2.jpg 

Trusquin de fortune pour traçage d’un jour.

finitionquilledrive3.jpg Pièce de fausse quille terminée.

finitionquilledrive7.jpg

Retour sur le puits de dérive  Montage d’un gabarit pour relever la courbe intérieure au niveau de la quille.

finitionquilledrive9.jpg

Ajustage le l’épaisseur du puits de dérive au passage de la quille, suivant la courbe relevée. Largeur ext. du puits 55mm, passage au niveau de la quille <40 mm.

finitionquilledrive10.jpg

Le puits est prêt à être refermé et collé, la dérive (inox ép. 10) est positionnée dedans pour une ultime vérification. Le rond noir est une joue de frottement en HD500. La dérive pèse 39kg et le puits 14, l’ensemble 53kg…..

***FABRICATION DE L’AILERON DE QUILLE*** lamellé collé de sapelli.

 L’aileron de quille est sans doute la pièce la plus difficile à réaliser, parce qu’elle est « tordue » dans tous les sens. A la base au niveau du tableau AR elle fait 100mm de large, elle suit la coque en s’affinant pour rejoindre la pièce de quille 60mm de large, et au niveau de la quille jusqu’à l’étambot elle est d’une épaisseur constante de 50mm. 

ailerondequille.jpg

 2 ép. de sappeli 100*10 on été collé sur place le long de la coque. Le jour suivant réalisation d’un gabarit pour tracer l’âme de l’aileron en sapelli ép. 20. 

ailerondequille2.jpg 

L’âme est collé sur place, le lamellé de sapelli de base est vissé à la coque par en dessous. Des calles de bois permettront de repositionner exactement l’aileron dans les mêmes trous de vissage.

 ailerondequille4.jpg

La colle a séchée, l’ensemble est dévissé de la coque, la partie lamellé est affinée, scie sauteuse pour l’amener a 60 mm au niveau de la quille.

ailerondequille7.jpg

Lamellé collé, lattage de chaque coté de l’âme, plis se 15mm pour la partie cintrée, plis de 35 mm pour la partie droite, les plis se chevauchent.

ailerondequille11.jpg

Finition au rabot électrique et à la ponceuse à bande. 

 ***MONTAGE DE L’ENSEMBLE : puits avec dérive, fausse étrave, fausse quille et aileron de quille***

   finitionquilledrive14.jpg L’ensemble puits et dérive (53kg) est monté par en dessous, une fois verticalisé sur deux calle, l’ensemble est monté progressivement avec un Crick hydraulique, guidé entre deux joues de bois. Avant de venir en contact avec la quille, les surfaces ont été enduites d’une colle assez chargée. Ensuite par le dessus j’ai laissé pénétrer une colle plus liquide. 

finitionquilledrive18.jpg 

La fausse quille est collée à l’ensemble bateau puits de dérive.

finitionensembleaqfqe3.jpg 

L’aileron de quille est collée, vissage par en dessous.

finitionensembleaqfqe.jpg 

Deux joues supplémentaires (sapelli ép. 5) sont collées au niveau du puits de dérive. finitionensembleaqfqe1.jpg 

Les ensembles : fausse étrave, fausse quille, aileron de quille sont collés, au niveau de la coque des joints congés époxy sont réalisés. Deux quilles d’échouage ont été réalisées en lamellé collé de sipo. Elles sont vissées au niveau des membrures puis démontées pour faciliter la stratification. Toutes les retouches nécessaires ont été effectuées, l’extérieur de la coque est enfin prête pour la stratification. 

 ***STRATIFCATION DE LA COQUE***

stratifponage.jpg 

Samedi 5 mars : 3 amis sont venu me prêter main forte, Laurent (spécialiste en époxy) Abel et Christian. Une ambiance adéquate 20°C a été créée : diminution du volume du garage par un rideau en pvc, chauffage par convecteur électrique et canon a air chaud à gaz. Contrôle par thermomètre hygromètre. Stratification avec résine 5550 et durcisseur lent 5503, tissus bi biais 300gr, largeur 1m25 et longueur de la coque. 

ilur20110305stratificationetenduit15.jpg

En 2h30mm l’opération a été rondement menée. ilur20110305stratificationetenduit41.jpg

Dans l’après midi enduisage de la coque avec résine chargée au mixfill10. Une heure de temps et c’est fini. Par contre on a du faire vite et malheureusement certaines surépaisseurs ont été inévitables. 

stratifponage1.jpg 

Lundi 7 mars : après deux jours de séchage d’enduit la corvée de ponçage commence, c’est la partie la plus fastidieuse de la construction. A bien réfléchir il aurait été préférable d’utiliser un tissus d’arrachage, et le jour après de prendre bien le temps pour enduire (couches plus fines) avec des spatules les plus larges possible, raclette inox de 40 cm.  

stratifponage5.jpg 

La tarlatane un outil qui vas bien pour la finition. Après la première corvée, ré-enduisage mais avec une spatule large et ponçage plus facile, après retouches de quelques défauts et re-ponçage…Beaucoup de ponçage et de poussière en fait.  stratifponage8.jpg 

Samedi 12 mars, la coque est enfin finie d’être poncée, les quilles d’échouages sont montées vissées et collées à l’époxy plus joint congé. Elles ainsi que le dessus de quille seront traitées à l’époxy, donc encore du ponçage.

***FINITION EXT DES LISSES DE PRECEINTE***

lissedeprceinte2.jpg

Fabrication d’un gabarit au moyen de deux petites lattes de sipo, la supérieure est clouée provisoirement sur la coque et l’inférieure tenue au raz de la lisse avec des serre-joints. Une triangulation en petites lattes les réuni toutes les deux. Fixations par colle chaude.   lissedeprceinte4.jpg

Report de la forme sur deux plaques d’iroko ép. 8.  lissedeprceinte7.jpg

Les plaques d’iroko ont été découpées à la sauteuse en extérieur de trait, puis clouées provisoirement entre elles et rabotées pour arriver à mourir sur le trait, finition par un coup de ponceuse à bande sur champ, ainsi elles sont strictement identiques. lissedeprceinte12.jpg 

Dégraissage obligatoire de l’iroko à l’acétone et collage à l’époxy. Un pointage provisoire les empêchera de glisser pendant le serrage. 

  lissedeprceinte16.jpg

Les lisses sont terminées, elles ont été traitées à l’époxy avant peinture undercoat, et évidement il faudra encore les re-poncer.

peintureundercoat1.jpg

1er couche d’undercoat, j’ai acheté (chez Brico Dépo) un compresseur basique 3cv cuve 100l qui marche très bien, et un pistolet au top (chez Sicomin) avec le quel j’ai eu beaucoup de soucis, si ben que la première couche je dois la passer au rouleau (finition pas terrible +galère).    peintureundercoat9.jpg

Les ferrures de coque ont été réalisées en découpe laser. Inox 316 ép. 4. Au niveau du puits de dérive 2 joues internes sont soudées pour éviter le frottement de la dérive inox sur le contre plaqué. 

  peintureundercoat10.jpg La ferrure de puits de dérive après nettoyage et passivation des soudures à l’acide.

peintureundercoat11.jpgJ’ai enfin réussi a réparer et faire marcher correctement le pistolet, les couches suivantes deviennent de plus en plus simples et rapides avec un résultat sans commune mesure du travail au rouleau. Les ferrures ont été individuellement peinte au pinceau et ensuite montées (avec un préalable montage à blanc). Sur la photo : montage de la ferrure d’étrave.

 peintureundercoat12.jpg

Les trois couches d’undercoat sont terminées(Total 2 litres) . L’undercoat est un primaire époxy, entre chaque couche, ponçage égrainage avec du papier à sec 200.    peintureext3.jpg

Samedi 26 mars, peinture de la coque en blanc crème. Env 1litre de peinture industrielle. Petit aparté sur la peinture : Les shipchandlers sont vraiment des voleurs (Océan Diff, Cop Mar, Accastillage Dif  etc…). Prix de la peinture internationale bi-composants 51€9 0 le pot de 75cl soit le litre à 69€2 et il me faut une douzaine de pots !!!! Évidemment ils font des remises, enfin des pissettes 10, 12 15% au mieux). L’autre solution la peinture industrielle bi-composant de chez AD comoda (en qualité ça doit être la même chose) 17€7 le litre, donc une économie de plus de 50€. Quant-on imagine que déjà eux ils font au moins la culbute la dessus, on a une idée du gros bénéfice que font les autres voleurs.

***PONCAGE DE L’INT. DE LA COQUE***  

On retrouve à l’intérieur de la coque les mêmes petits défauts qu’a l’extérieur, plus les coulures de colle. J’ai préféré poncer l’intérieur de la coque quand elle était toujours à l’envers, la position est plus confortable qu’à genoux dans la coque retournée, certes la poussière me retombe dessus mais au moins au niveau du travail c’est plus propre.

ponageintcoque.jpg

Ce n’est quand même pas une partie de plaisir, enfin ça a duré 3 jours… 

 ponageintcoque3.jpg L’attirail de ponçage : Orbital, plateau sur perceuse, meuleuse d’angle avec petit plateau de ponçage, lime électrique, ponceuse delta, drémel. Enfin tout ce que je possède, la ponceuse à bande ne passe pas, forme concave et taille trop importante….. 

ponageintcoque4.jpg 

L’efficacité même pour les formes concave. Un disque gros grains monté sur un plateau plus petit. En appuyant un peu, le disque (suffisamment rigide) arrive a bien épouser la forme .La perceuse est tenue avec un léger angle. Il m’aura fallut 3 après midi pour arriver à bout.  peintureext5.jpg

 La ligne d’eau a été tracée au niveau laser, elle est volontairement un peu plus haute que celle d’origine.

peintureext8.jpg

Jeudi 31mars, la ligne d’eau est peinte : un bon 1/2 litre de peinture….

prparationetretournement2.jpg

J’ai réalisé un cadre en bois autour de la coque qui permettra le retournement sans abimer la peinture.

prparationetretournement19.jpg

Samedi 2 avril 19h, un jour particulier. 1ère sortie hors du garage et retournement.

prparationetretournement23.jpg

Les copains et les voisins sont là. Merci à Pascal, Ewen, Jean Pierre, Yves, Abel, Humbert, Thierry, Christian. Le bateau fait son poids, c’est vrai que le châssis se retrouve dessus, et qu’à l’endroit les prises ne sont pas faciles, pour le rentrer on a dû se reprendre à plusieurs reprises.

prparationetretournement28.jpg

 Dimanche 3 avril, les longerons de châssis et les jambettes de fixation sur membrures sont démontées, la finition intérieure peu commencer.

299h de travail auront été nécessaires pour cette troisième partie. 

4 réponses à “CONSTRUCTION AMATEUR D’UN VOILE AVIRON ILUR 3iéme partie”

  1. danae dit :

    C’est passionnant de voir toutes les étapes de la fabrication de ce bateau ! Un grand bravo Didd !

    Dernière publication sur Les voyages de Danae au Sahara, en Asie et ailleurs : Sourires des enfants du monde

  2. danae dit :

    Encore moi ! C’est vraiment époustouflant !

    Dernière publication sur Les voyages de Danae au Sahara, en Asie et ailleurs : Sourires des enfants du monde

  3. Film streaming dit :

    merci

  4. films streaming vf dit :

    Merci

Laisser un commentaire

 

chezjules |
flores |
Fish3chips |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | fun top super coi !!
| PAWÔL VWÊ
| avisdroitsocial