Didd

Mémoires et bricolages salés et iodés

  • Accueil
  • > photos et commentaires perso

23 août, 2008

Descente de l’Aulne (03)

Classé dans : photos et commentaires perso — didd @ 15:56

p8040035.jpg

Pont de Térénesse…..Le vieux et le futur 

p8040027.jpg

p8040032.jpg

p8040033.jpg

Jolie descente de l’Aulne avec le doris.

Classé dans : photos et commentaires perso — didd @ 15:46

Départ de Port Launay, juste en-dessous de Chateaulin

Que du plaisir et des beaux paysages, et une super souarée chez un ami dans sa jolie maison en bois…
Total 19 Milles à l’aviron….C b’1.

p8040018.jpgp8040012.jpgp8040015.jpgp8040016.jpg

22 août, 2008

temps fête sur Douarnenez 2008

Classé dans : photos et commentaires perso — didd @ 23:19

Début des hostilités….Le but étant de remonter jusqu’au Cap de la Chèvre et de se glisser parmi les voiliers qui font la régate Brest Douarnenez. Jeudi matin, mise à l’eau à Tréboul et premier bord de près (le vent est là) plein Nord qui nous amène jusqu’à derrière Caméros (traversée de toute la baie de DZ), virement de bord et c’est reparti, encore sur un long bord de près qui nous amène sous les côtes de Beuzec, Pors Piroun et Pors Lanvers. Dans le Nord au niveau du cap de la Chèvre on aperçoit déjà les premières voiles….et plus loin encore vaguement dans la brume le mur de voile qui avance vers nous…. Grandiose et magique, féerique, super, enfin il faut vraiment l’avoir vu pour en causer. Je n’ai pas les mots. Le doris repart de plus belle après une prise de cape qui nous permet un petit casse croûte et un léger écopage. On tombe sous le cap de la Chèvre, et ça y est on a croisé les premiers voiliers, le près et moins bon car il faut faire ji aux autres bateaux, en plus on est Babord amure donc non prioritaire.


Revirement de bord et redéboulade vers les cotes de Cléden, tribord amure on marche bien 5.5 nds au près.
Le bonheur parmi toutes ces voiles et on marche bien dans ce vent qui a un peu fraîchi, je n’ai pas repéré mon collègue, le Drascome est aussi bien petit parmi tous ces mastodontes….
On a presque remonté toute la flotte, et je n’ai trouvé personne que je  connaissais…
Ce n’est pas un problème DZ est une fête à taille humaine, et je connais bien les habitudes oiseaux de bistrots des amis….
On vire doucement au vent arrière, grand voile tangonnée et grosse déboulade au portant vers le Rosmeur…Surf parfois impressionnant, le GPS nous indique 6.3 nds…mais on a été plus vite encore.  Le mole de la digue de DZ approche vite, et il faut imaginer toute cette flotte se resserrant pour négocier le virage à droite anfin de rejoindre le Rosmeur, on détangonne la GV pour le rendre plus manoeuvrant et je préfère prendre la barre pour négocier la finalité (non pas que mon équipière ne puisse  le faire, mais parce que c’est mon doris et si quelqu’un doit le poquer, je préfère que ce soit moi). Toutes les voiles et autres sont rangées, le mat est enlevé et le doris se dandine doucement à couple de Tonki Onk. La manoeuvre a eu un moment chaud, mais ça a bien passé. Un treiz. nous dépose à terre, il n’y a plus qu’à se laisser vivre et la fête sera belle. Ainsi fut the first number one days.  

   p7170010.jpg   p7170014.jpg  p7170009.jpgVendredi….. 
On devait camper chez un amis et pis finalement on a dormi dans son salon…. Alors le matin ambiance café pain beurre et patati et patata…
C super et sympath les amis 
Maritimement parlant, on quitte le port du Rosmeur dans la pétole, mais dehors  le vent est là et Abadenn vole presque sur la mer, un long bord de débridé jusqu’à Cameros et on vire pour débouler sur Tréboul, le vent fraîchit encore, on est limite surtoilé, pas grave on a maintenant de l’entraînement, mais dans la mer croisée et désordonnée propre aux fonds de baies, le doris embarque pas mal.
Mouillage est pris dans Tréboul, on écope, rangement général on est rincé (carrément glip) .
Le retour se fera à l’aviron, l’occasion de faire un tour dans la fête parmi tous les voiliers.
Le temps de prendre quelques photos coté mer et aussi de faire une escale technique devant un verre de rouge à bord du coquiller de la rade de Brest le Général Leclerc. 
Ce soir on mange un coucous Breton….Excellent et puis la fête sera encore belle (plus que hier et moins que demain). 

p7170016.jpg  023.jpg  p7170029.jpg
Samedi C’est un peu le même circuit sauf qu’on le fait à l’envers….Aviron jusqu’à Tréboul et buis déboulade jusqu’à Caméros et retour au Rosmeur sous voiles (un peu chaud encore dans une manoeuvre) pour prendre notre mouillage. J’avais préféré prendre un ris dans la GV, plus histoire de voir car je n’en avais jamais encore pris. En fait hier le 4/5 qu’on avait en mer est monté à 6 dans une risée en arrivant sur Tréboul. Alors aujourd’hui plus pépère, et en fait on a bien fait de le prendre, mais un doris quand le vent monte n’est jamais pépère. !!!! Ce soir on mange Basque…..Hyper bon et leur vin rouge hummmmm !!!!!!!!! 


p7170033.jpg  p7170035.jpg  p7170037.jpg

Dimanche 
Journée du seigneur. On traîne dans la fête sur les stands qu’on n’a même pas vus avant. Le temps de déguster du poisson fumé, de discuter avec les gens encore et toujours. Pour clore dans l’après midi, les voiles avirons ont une régate….Ha la régate, on voulait voir et on à vu….
En fait on a mis tout le monde minable, mais la course se faisait au près serré et en fait dans le vilain le clapot devant Tréboul on a trop chargé d’eau, le doris devient trop lourdingue ce n’est plus la mouette légère, la carène liquide est là, donc on a du arrêter les frais. Affalage des voiles et écopage au seaux, retour sur foc à Tréboul et c’en est fini pour nous.
On a sorti le doris, il est resté depuis chez les amis qui nous ont hébergés….
On devait passer une nuit chez eux on y a passé toutes les fêtes et ça a passé trop vite. 
C’était TEMPS FETE SUR DOUARNENEZ J’espère que je vous ai fait envie….. J’espère même plus que cela…. Sinon ça veut dire que je n’ai pas
trouvé les mots. Je vous joins une série de tofs

p740.jpg  p7190064.jpg  p7180048.jpgCliquer sur les vignettes pour voir les photos

30 juin, 2008

Recette de homard au whisky

Classé dans : photos et commentaires perso — didd @ 1:38

homard0011024x768.jpg 

 La pov bête profite bien de ses derniers moments kools

Il faut :

Un homard (le plus gros possible).
Un peu de beurre.
De l’huile d’olive.
Des herbes de Provence.

Et du Whisky évidemment.

Il faudra aussi :

Une planche à découper.
Un bon couteau.
Un marteau.

Même un peu de dakin pour le cas où :-) )

La bestiole a passé  quelque temps dans le frigidaire,  sous du saupalin mouillé.
(on arrive à la tenir vivante kom ça plusieurs jours).

Faut la découper suivant un axe longitudinal XY

Ambiance chez Maïté….méhonpeupasfer autrement.

homard0031024x768.jpg

Ensuite il faut enlever la poche à gravier, c’est le marron kon voit.

  003 ça ihé la découpe est faite, ensuite on enlève les pattes.

(J’ai failli ne pas pouvoir le faire).

Surtout garder les élastiques sur les pinces.

homard0051024x768.jpg

Ensuite il faut casser les pinces au marteau.

Et après on peu enlever l’élastique.

Parce que l’élastique au four cépabon  :-) ) et en plus maintenant elle aura du mal à pincer

 homard0061024x768.jpg

 Préparation dans le plat :

On met un peu d’huile d’olive dans le fond et sur la pov bête.
On met des herbes de Provence et quelques noisettes de beurre sur le bestiau.
On coupe quelques pommes de terre.
On arrose copieusement le tout et surtout la pov bête de Whisky.
La bestiole remue encore un peu, il est temps kon en finisse…

homard0071024x768.jpg

On prend un plat (ki va au four).

Et pi woualà, on n’a pas oublié de préchauffer le four env. 200°C.

Alors maintenant ça devient plus simple……

C’est parti pour 20 mm kom ça.

homard0091024x768.jpg

homard0101024x768.jpg

Ensuite Niam niam et je peux vous dire que c’était excellent.  :-) )

30 mai, 2008

LE JOURNAL D’UN CASIER A HOMARD

Classé dans : photos et commentaires perso — didd @ 1:08

p5160008r.jpg

Quand Nanie navigue au sec

Le journal d’un casier à homard 

mardi 27 mai 2008

Ce matin, grand jour avec Christian on a mis Nanie à l’eau.

D’abord ya eu ce putain de merdier de bordel de moteur qui s’est arrêté net en allant sur la rade, et puis impossible à redémarrer….

J’ ai du rejoindre un mouillage à la godille, je me voyais déjà rendre ce moteur à son proprio, parce que je ne le sentais plus fiable du tout….Et pi wouala, je me suis aperçu que je n’avais pas ouvert sur l’essence. Ouf il redémarre (évidemment).

Sur la rade il y a beaucoup de clapot, et le vent de Sud-Est est un peu creux, mais j’ai tellement envie d’essayer la voile que j’envoie quand même. Merdoum, je suis parti en fausse panne, (manque d’habitude).

25mai20080041.jpg

Fausse panne.

En fausse panne, toute la partie de voile devant le mat se retrouve bordée à contre, freine et rend le canot mou. Je n’ ai pas envie de virer tout de suite parce que je n’ai pas encore dépassé la Pointe du Mouton, et sous le vent ya des cailloux. Les premiers essais de virements ratent tous. (fausse panne) J’ affale et j’ envoie la misaine sous la même amure mais sur la bonne panne. 

25mai20080061.jpg

Misaine bien établie.

Wouala Nanie se réveille et ça marche beaucoup mieux, j’ai même l’impression que ça remonte bien au vent, mais il faudrait un autre bateau pour en juger. Dès que j’abats un peu ça accélère bien, le bateau reste stable et mouille beaucoup moins qu’au moteur.

Virement de bord, ça se passe bien. 

On passe de l’autre bord du vent, gambillage, je renvoie et puis déboulade sur la digue du Loch. Chuis content.

Vraiment du bonheur.

Encore quelques petites améliorations à apporter, et ce sera tout bon.

Demain je vais essayer de poser les casiers…..Si le temps reste praticable.

Bisous du souar à tout l’équipage

mercredi 28 mai

J’ai été en mer ce matin, mé il n’y avait pas de vent, alors tout avec le moteur alakon, qui a quand même un problème.

J’ai été poser deux casiers, dans un endroit réputé bon pêcheur et que je connais vachement bien (carrément au pif).

J’ avais un petit mousse avec moi,

et on a réussi à pêcher un petit peu.

J‘espère que les marins pêcheurs pro vont continuer à faire grève, comme ça la mer va se repeupler.

Le bonsouar à tout l’équipage

jeudi 29 mai

Alors ce matin, rebelotte je remets ça.

J’ai réussi a trouver une autre bougie et une clef à gibou (pas évident au BDM) pour le bourricot, et visiblement ça lui a plu.

Donc navigation entièrement à la voile, vent un peu creux et mollasson, et beaucoup de clapot. Sortie au près, plusieurs virements de bord et gambillages pour gagner dans le vent.

Surprenante la Nanie. Réussi a chopper le premier casier à la wouale, dans un endroit où il y a beaucoup de « Rabanachous », manœuvre nickel et ho surprise une araignée, (avec de la bouette a moitié pourrie, c’est pas trop mal) rebouettage et remouillage dans la foulée.

Maintenant, je file chercher l’allemand, c’est presque la coupe américa entre les deux misainiers, mais la Nanie marche mieux bien que plus petite et moins voilée….  :-) .

25mai20080101024x768.jpg

Jabadao au vent.

J’ entend encore l’ Allemand me dire (avec sa grosse voix et son accent un peu Wehrmacht) Ha !!! mais il va bien ton bateau, komment qu’il remonte au vent comme ça, Arfff t’as mis une dérive ….

25mai20080131024x768.jpg

Souriez vous êtes filmés.

Le temps de prendre quelques toffes et je retourne vers la côte relever le deuxième casier.

J’ai foiré la manoeuvre, j’ affale et hop un coup de godille et j’y suis. Et là surprise un Homard. Donc Chouchen sera de corvée mayonnaise ce souar…..

25mai20080161024x768.jpg

Les povs bêtes vont prendre un coup de chaud

Ce matin que du bonheur…..

Bonne journée à tout l’équipage

vendredi 30 mai

Aujourd’hui c’était une sortie par petit temps, ou temps de curés ou de parisiens…. Vents portants pour faire ma levée. Pas terrible une seule araignée, sans doute la bouette, mais maintenant ce sera du frai. photos0231024x768.jpg

1ère relève de la journée

 Après le vent s’est écroulé, un petit peu de moteur pour pêcher rien du tout, et puis nouvelles risées, donc on renvoie le torchon, et le vent revient carrément bout et il n’arrête pas de virer. Je voulais rejoindre Pors Loubous parce que Chouchen m’attendait avec son APN, mais rien a faire ce fichu vent a décidé de faire « chier ». Bords carrés sur bords carrés…..

photos0151024x768.jpg

 Tribord amure

 Alors faut faire demi tour, sinon je n’aurai pas d’eau dans le port du Loch. Lunettes de soleil et bob sur la tête (un peu look titi parisien mécé pas grave). Dans l’ Est il fait sombre: gros nuage annonciateur de vent et de pluie. Il faudra que je prenne mon mal en patience pour rejoindre le port et ce fichu vent fera des siennes jusqu’au bout.

 photos0371024x768.jpg

Toujours la pétole

 J’en ai un peu marre de gambiller, surtout que quand j’ai fini, c’est pour m’ apercevoir que le vent a encore viré et que c’était mieux sur l’autre panne. 

 photos0581024x768.jpg

gambillage sur gambillage

Ça ennuierait quand même de mettre le moteur. Heureusement que je suis au portant et en fait je laisse souvent courir sous fausse panne. Enfin le vent rentre un peu et quand j’ arrive prendre mon mouillage le  gros grain qui menaçait depuis longtemps me tombe dessus : un grand classique.

A défaut de poisson j’ai quand même réussi a prendre un coup de soleil sur les bras.

Agrrrrrrrrr J’avais oublié ma vareuse.

Bon cété très b’1.

Didd

17 mai, 2008

ASSOCIATION DE KAYAK DE MER DU PONANT

Classé dans : photos et commentaires perso — didd @ 0:44

KAYAKISTE DE

 MER

 NAVIGATION A 5 Milles  depuis 1990 

 logo assoc kmp

L’«Association de  Kayak de Mer du Ponant», (A.K.M.P.), créée le 7 mai 1987, à Quimper, a pour objet principal de regrouper des kayakistes confirmés en vue de navigations de conserve, en kayak de mer, particulièrement le long des côtes et îles de Bretagne… L’Association se compose d’adhérents adultes, hommes et femmes, âgés au minimum de 30 ans et admis par cooptation après avoir fait leurs preuves (aptitudes physiques et morales, sens de la responsabilité individuelle, …). Chaque adhérent doit être autonome pour les randonnées, avec tout son équipement personnel (tente, couchage, vêtements, nourriture…) dans le kayak, et son  matériel de sécurité. L’association ne possède ni local, ni kayaks, ni matériel…. Ceci permet de simplifier l’organisation de randonnées; les rendez-vous étant fixés aux points d’embarquement. 

D’autre part, dans le monde maritime, chaque kayakiste a la position de «capitaine», ou «skipper», car seul à bord, donc seul responsable de ses actes vis-à-vis de lui-même et de la société, des règles maritimes,… et donc de son bateau (état, matériel de sécurité, etc.).

 bishopgeorgesdidier0002.jpg 
Devant Bishop’s Rock, Scilly Islands (photo prise par Georges)
 Les navigations sont réalisées principalement le long des côtes de
la Bretagne et de ses îles (Ouessant, Molène, Sein, Glénan, Groix, Belle-Ile, Houat, Hœdic, etc.) ainsi qu’au long des côtes européennes (Grande-Bretagne, Irlande, Écosse, Espagne, etc.). 
Pour naviguer vers et autour des îles bretonnes, compte tenu des textes réglementaires français, l’Association a été amenée à faire mettre en place, par
la Direction Régionale des Affaires Maritimes de Bretagne, une dérogation pour la navigation des kayaks en 5ème catégorie plaisance (navigation jusqu’à 5 milles d’un abri), depuis 1990 et renouvelée annuellement. La permanence et la généralisation à toutes les côtes de France de cette disposition sont demandées systématiquement depuis 1991, par l’Association, aux responsables du Ministère de
la Mer,…Cette demande n’a pu aboutir que par la création d’une Fédération de Kayak de Mer. L’Arrêté du 30 septembre 2004 vient en majeure partie de nous donner satisfaction… 
                  L’Association est affiliée à «PAGAYEURS MARINS, Fédération de
la Plaisance en Kayak de Mer». 

ASSOCIATION DE KAYAK DE MER DU PONANT 

25, impasse des Tourterelles

29120 COMBRIT                        Tél. 02 98 56 33 71

                                                                 

13 mars, 2008

Classé dans : photos et commentaires perso,textes personnels — didd @ 15:53
La voile c’est le moyen le plus long , le plus cher et le plus risqué pour rallier un point de la planète à un autre.
Donc si vous avez du temps a perdre , un certain goût du risque , et des sous a dépenser vous pouvez y trouver un certain intérêt.
L’aviron c’est encore pire , il faut être même un peu maso.
Parce que le truc , il n’avance pas tout seul.
Vous allez chopper ampoules aux mains , mal aux bras , lombaires en compote , crampes dans les cuisses et les mollets , peau des fesses usée
(si si),
Jamais vous n’aurez avancé d’une façon aussi pénible dans votre vie.
Vous n’aurez jamais eu autant envie que ça cesse.
Généralement une seul séance suffit pour en être dégoûté.
C’est là un intérêt que je lui trouve .
Les gens qui le pratiquent surtout en balade sont des vrais passionnés.
On le pratique loin des plages et du monde de la frime
Personne ne viendra ni vous plaindre ni vous idoler.
La communion avec la nature est d’autant plus forte.
Surtout en Bretagne où les paysages sont magnifiques
et après une virée , on retrouvera toujours le bonheur de l’effort accompli.
La bonne fatigue qui fait oublier le stress.
Et des images plein la tête à faire partager.
Une bonne bière ou un chocolat chaud suivant la saison.

image1.jpg

               Douarnenez 2004

24 novembre, 2007

Randonnée en kayak de mer

Classé dans : photos et commentaires perso — didd @ 20:32

Le kayak c’est un peu la 2cv de la mer
Ça passe partout, c’est la communion même avec mère nature
C’est le sac a dos du marcheur.
Sauf qu’on amène beaucoup plus d’autonomie et de confort.

ko.jpg        k11.jpg Préparatifs départ de Lesconil                                                                 le point en mer entre Les Iles Glénan et Groix 


             k21.jpg 

la vie sur le terrain c’est pas si terrible que ça sauf pour la pov bête.

 k31.jpg
hmmmmm du poisson cha ch’est bon

 

k41.jpg  

 Petit déjeuner aux îles Glénans

        k5.jpg
                                              Réveil difficile

k6.jpg             k7.jpg
              le bleu c’est quelque chose                                                                       Oceans are free

 

k8.jpg             k9.jpg
mooaa je voudrai qu’on me laisse pénard manger mon plancton                         ki tu es toi !!!

                                                                     2 photos réalisées par des amis

          
                                      


 

19 octobre, 2007

Kayak (suite)

Classé dans : photos et commentaires perso,textes personnels — didd @ 20:03

1990kayakporthwarapreparationdenavigati.jpg

   Cogitation du soir


Un été , on est parti à trois amis faire une randonnée en kayak de mer en Angleterre.
Trois semaines, avec au programme la descente de la Cornouaille de Plymouth jusqu’à la pointe ouest Anglaise de Lands End,
et la traversée clef ,
de Lands End jusqu’aux Iles Scilly,
et le retour, bien sûr.

3 copains , 3 semaines , 3 Kayaks et rien d’autre , aucun accompagnement , pas de voiture.
3 semaines de vie d’Alacalouf… dur, et géniale
C’est sur la traversée Lands End , Scilly (environ 50km) que j’ai écrit
*************************************************1990kayak1erjourdepartdeplymouth.jpg                   1990 : premier jour, départ de Plymouth*******************************************Traversée Land’s End , Islands of Scilly

Land’s End , pointe ouest de la Cornouailles Anglaise , on a trouvé refuge pour une nuit dans un tout petit port.
Porth Wara une simple crique et une cale , tous les crabers (bateaux de pêche aux casiers) sont tirés au sec, après chaque sortie par un cabestan.
La mer doit ici changer vite.
Ce n’est pas un port plaisancier , il reste une activité assez importante basée sur la pêche aux crabes.
Les trois kayaks sont montés tout en haut , notre bivouac est installé , deux crabers en guise de table de chevet .
Une semaine qu’on a quitté Plymouth , et je trouve que ce n’est pas vraiment des vacances , la descente n’a pas été des plus facile ,
pluie , mauvais temps, chavirage, relâche obligatoire, heureusement depuis trois jours avec le retour du soleil ça va mieux .
Les trois bons copains que nous étions , ont quand même fini par s’engueuler

********************************************************************

vendredi 3 Août On est réveillé par le départ des pêcheurs de Porth Wara .
Les crabers sont mis a l’eau en un temps record par deux personnes .
Encore une petite « bulle » et le jour se lève .
  

**************************************

6h30

Le réveil nous enlève de nos sac de couchage .
Je monte sur la falaise pour m’assurer, la visibilité est moyenne, pas formidable
mais pas mauvaise non plus , environ 5 Miles .

Peut-être un peu juste pour les Scilly , mais c’est décidé,  on part .
Petit déjeuner copieux , on plie la tente , tout est rangé dans les caissons étanches des kayaks .
Le moment le plus désagréable de la journée arrive : enfiler les tenues de mer qui sont toujours froides et humides.

 ***************************************

9h
On met à l’eau dans le goémon pourri et le clapot.
L’heure du départ a fait l’objet de beaucoup d’attention.
On va pouvoir profiter d’une heure de jusant (marée descendante) au début, donc des courants plus faibles à la pointe Ouest de la Cornouailles.
Les courants doivent nous décaler Sud , dans un premier temps puis nous
remonter Nord ,
et on tracera une belle sinusoïde qui nous amènera aux îles Scilly , directement aux pubs .
Le long des falaises de Land’s Ends,  la mer est assez dure, mauvais ressac navigation au compas, et cap difficile a tenir.
On s’éloigne , le phare de Longships permet de contrôler notre position , mais on ne voit pas celui Wolf Rock.
Il y aurait plus de visibilité dans le nord que dans le sud ?

****************************************11hDeux heures de routes
Longships disparait et Wolf Rock n’est toujours pas visible.(on ne le verra jamais)
On n’a plus aucun amer, Land’s End est à 8M derrière nous, l’horizon sur 360° est vide , c’est une sensation qui ne nous est pas inconnue,
par contre personne de nous ne s’est enfoncé aussi profondément en mer , aller chercher une île ( un archipel)  à 28M de la terre dans une zone à forts courants traversiers nous a fait passer, et nous fait encore passer pour des « tarés ».
Mais tenir cette distance à la pagaie , nous en avons l’habitude.
C’est du déjà vécu .

On a bien marché pendant les deux premières heures, malgré une mer arrière pas évidente.
Le vent d’Est a progressivement faibli et la mer se fait de plus en plus belle , elle mollit.
Rémy malheureusement aussi (problème de digestion) et notre moyenne diminue.


1990kayakscillynormour.jpg
                       Arrivée dans l’archipelle des Scily*********************************************************
13h

Trois coup de sirène par minute , c’est le meuglement du bateau feux Seven Stones.
On est dans le début du rail descendant.
La visibilité est encore tombée.
Le courant visible au passage des bouées but de pêcheurs ,
et la proximité de Seven Stone , nous le confirme :
on accuse une sérieuse dérive Nord.  

***********************************************************

14h On voit dans des trous de visibilité l’éclat du feux de Seven Stones.
Cela permet de mieux nous positionner sur la carte
.
On infléchit notre route , cap 260cc puis 250cc , il faut a tout prix que l’on gagne dans le Sud .
**************************************

16h


La visibilité tombe petit à petit , environ 2 à 3 miles.
On diminue encore notre cap 240cc…………… , on est dans la mouise .
Pas vraiment perdu , mais un peu inquiet.
Soulagement deux voiles sortent de la brume et grossissent petit à petit ,
ce sont deux voiliers qui viennent des Îles Scilly , nos routes convergent
On arrête le premier :
c’est un anglais très sympathique , il nous donne notre position.
50°N 6°09′W on est a 5,5 miles ( env 10 km) de notre but Cap 240cc .
Notre navigation était bonne et
dans moins de deux heures on y sera .
Grosse bouffée d’oxygène.
Rassurés et content , nous arrêtons l’autre voilier pour la forme.
C’est un équipage de titi Parisiens , ils ne savent pas trop où ils se situent , inaccessibles et fiers : des plaisantins au top !
*************************************** 17h30

Encore quelques coups de pagaie et la côte se dessine , St Martins et son Day Mark , en fait elle est déjà très proche , moins d’un demi mile
La visibilité a encore chuté , mais on est tiré d’affaire .
On s’arrête a Normour, premier îlot inhabité sur notre route .
Rémy prend un bain , j’eskimote 2 fois Norkapp (kayak) à bloc.
Un phoque s’amuse dans les spaghettis .
Jean Marc prend quelques photos,
il est 18H on y est , 8 heures et demie de navigation
Après une 1/2 heure de repos , on rembarque pour St Mary’s , île principale de l’archipel.
Navigation agréable à travers les cailloux et dans la brume.
On doit rester vigilant sur notre navigation jusqu’au bout,
se perdre maintenant ce serait un comble
Ce soir on campe sur la plage , fish and chips et tour au pub .
Les anglais ont de la bonne bière
La vie redevient encore plus belle , on ne dit pas mot, mais tous les trois avons la satisfaction du truc réussi.
Il n’y a pas foule de kayakeurs qui l’on fait.
Sans doute on est les premiers Français ?
La fatigue aura raison de nous , le plus important n’est t’il pas de se laisser endormir à quelques mètres de la mer

1990kayakstmarysmermaid.jpg

Pub « the Mermaid » sans doute le plus connu

Cette traversée a été réalisée au mois d’Août 90.
Elle représentait le moment fort d’une randonnée en Cornouaille Anglaise
3 copains
3 kayaks
3 semaines de randonnée
282 miles de parcouru soit env 522 km.

kayak

Classé dans : photos et commentaires perso,textes personnels — didd @ 18:23

Le kayak est une embarcation eskimode très souvent monoplace et propulsée par une pagaie double.
Le kayakeur y est assis ; à son origine c’était une embarcation de chasse et de pêche en mer.
Il est devenu des millénaires plus tard un sport de compétition en rivière régi par différentes fédés.
Le kayak de mer est réapparu en France depuis une vingtaine d’années mais en tant qu’engin de randonnée et de découverte.
La fédé veut en faire un sport de compétition , mais on s’éloigne de retour de ses origines.

 

1990kayakporthwara.jpg

 Ne confondons pas canoë et kayak

Le canoë est d’origine canadienne ou indienne ,
Et lui au contraire était plutôt une embarcation de transport en eau douce.
les canoës mono place sont rares et le canoëtiste se tient à genoux et ça pagaie est simple.
C’est un bateau qui n’a jamais été conçu pour la mer et qui est très peu marin .
Alors que le kayak de mer lui il excelle .
Comme le kayak le canoë est aussi devenu un sport de compétition
D’ailleurs on entend souvent parler d’épreuve de canoë kayak.
voila pour une petite explication.

Suite dans prochain post… :-)

1234
 

chezjules |
flores |
Fish3chips |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | fun top super coi !!
| PAWÔL VWÊ
| avisdroitsocial