Didd

Mémoires et bricolages salés et iodés

14 avril, 2011

CONSTRUCTION AMATEUR D’UN VOILE AVIRON ILUR 4ième partie

FINITION INTERIEURE DE
LA COQUE

***LISSE DE PRECEINTE. ***

mercredi 4 avril 2011

prparationetretournement28.jpg 

Au niveau de la préceinte, une latte de doublage intérieur en iroko ép. 10mm est collée symétriquement à BD et TB.

 finitionlissedeprceinte1.jpg   

Collage entre chaque membrure, un clouage provisoire l’empêche de glisser pendant le serrage. 

finitionlissedeprceinte2.jpg

Arasage du pied de membrure puis ponçage d’ébauche de la lisse de préceinte. 

***TABLEAU ARRIERE ET CAISSONS.*** 

 finitiontableauarrire.jpg  Renfort de collage du tableau arrière, prise de la forme exacte avec un gabarit.

finitiontableauarrire3.jpg 

Traçage au critérium en s’appuyant sur une règle souple. 

 finitiontableauarrire1.jpg

Traçage effctué sur chute de CP ép. 15, prête à être découpée à la sauteuse. 

finitiontableauarrire6.jpg 

6 caissons au niveau du tableau AR. Les 2 latéraux caissons de flottabilité. Au centre à l’AR un caisson étanche (matériel de sécu), devant un caisson semi étanche pour la nourrice et divers. 

finitiontableauarrire11.jpg 

 Réalisation du gabarit pour couvercle de caisson de nourrice.

finitiontableauarrire12.jpg

 Réalisation du capot en s’appuyant directement sur le couvercle du caisson.

moussagecaissons.jpg

Moussage des caissons étanche en stirodur, découpage des plaques à la scie sauteuse, moyen le plus rapide. 

  finitiontableauarrire10.jpg

Collage de l’ensemble arrière, les 3 couvercles de caisson, un renfort en  CP ép. 15 mm du tableau AR, et le tri plage de la lisse de préceinte par l’intérieur. 

finitiontableauarrire13.jpg

Montage de la pompe sur la cloison intérieur de l’ensemble coffre AR. Aspiration devant le puits de dérive, refoulement au travers du caisson étanche TD. Traversée de cloison et passe coque.

***ETAMBRAI, PUITS A CHAINE ET CAISSONS AVANT.*** 

finitiontambraipuitsdechaine1.jpg 

Secteurs de CP ép. 15 pour renforcer l’étambrai. 

finitiontambraipuitsdechaine2.jpg 

Continuation du remplissage

 finitiontambraipuitsdechaine3.jpg

Le remplissage renfort d’étambrai est réalisé, fabrication d’un gabarit pour caissons de puits de chaine.

 finitiontambraipuitsdechaine4.jpg

Le caisson du puits à chaine en séchage.   finitiontambraipuitsdechaine15.jpg

Ensemble des caissons d’avant, les deux latéraux : réserve de flottabilité (seront moussées). Le central devant le puits de dérive : caisson de rangement bout, pare-battages et divers, des anguillers permettront à l’eau venant du puits à chaine de s’écouler au travers ce caisson vers le centre du canot ou elle pourra être pompée.

 

 

***FINITION DE LA PARTIE CENTRALE ET DU PUITS DE DERIVE. ***

p4031256.jpg

La pièce métallique servait à tenir la dérive pendant le retournement. Elle a été enlevée et la dérive provisoirement reposera sur le sol.  p4240076.jpg 

Montage de deux joues de remfort et de lattes le long de la jonction puits de dérive partie basse, collage avec joint-congé.  

 ***TECHNIQUE DES JOINT-CONGES.***  

Toutes les membrures et caissons on été collés ou renforcés au moyen de joint-collés. Gros avantage de la colle époxy : le joint congé qui permet des collages très solides avec une rapidité et facilité de réalisation, inconcevable en construction traditionnelle.  jointscongs.jpg  Diverses spatules réalisées dans des couteaux à mastique, les rondes servent à la réalisation des joint-congés, les plates à racler et aussi enduire la colle.   jointscongs2.jpg

La colle (résine SR 5550 et durcisseur lent SD 5503) est chargée en wood fill 250 jusqu’à obtention d’un mélange relativement consistant (le pot retournée, il ne coule pas). Application à la spatule ronde (je ne protège pas les bois sur les cotés, habitude) Ensuite après 2 à 3 lissage, l’excédent de mélange se retrouve chassé sur les extérieurs.

 jointscongs4.jpg

L’excédent de mélange est ensuite raclé. 

 jointcongs10.jpg

On voit bien le mouillage de la résine époxy.

jointcongs12.jpg

Après séchage le joint-congé devra être poncé (stratification ou peinture)

p4260104.jpg

Au niveau des joint-congés, La meilleure ponceuse c’est bande de papier et huile de coude, le problème est l’usure des doigts.

***STRATIFICATION INTERIEUR DE LA COQUE .***  

Un tissus bi biais de 200 gr est posé entre les membrures. Le but étant une meilleure protection de bois et un collage de l’ensemble renforcé.statifiont.jpg

Patrons de découpe réalisés dans du papier journal.

statifiont1.jpg

Le tissu est découpé un peu plus large, pour recouvrir les joint-congés. Stratification au rouleau et pose d’un tissu d’arrachage qui facilitera le ponçage. Quelques problèmes de rapidité de séchage de la résine, dut utiliser un durcisseur super lent SD 5502. Durée de cette stratif 3 bons après midi. Le tissu d’arrachage est long a mettre en œuvre, théoriquement on doit le faire coller en le tirant avec une spatule, il doit pomper l’excédent de résine, mais j’ai du en plus me servir du rouleau. L’état de surface après arrachage est plus propre, plus sec, mais il a quand même nécessité un léger ponçage. 

*** BANCS LATERAUX .***  Si mon ilur extérieurement est simplement rallongé par rapport aux plans d’origine, l’intérieur est totalement différent. Plus de réserve de flottabilité et de caissons étanches. Il aura aussi 2 bancs coffre latéraux faisant également office de caissons étanches.

bancslatraux.jpg

Le banc latéral est délimité en 3 zones : à l’arrière réserve de flottabilité, au centre deux caissons de rangement étanches. Les deux cloisons de séparation sont montées provisoirement ainsi que la traverse supérieure.  bancslatraux1.jpg

Réalisation du gabarit.bancslatraux2.jpg

Traçage au moyen du gabarit sur une plaque de  CP marine ép. 5 mm.  bancslatraux3.jpgPlaque latérale après découpe, la bâbord sera réalisée par copiage.

bancslatraux18.jpg

 Montage des 2 plaques latérales, découpe après collage d’ouverture pour des couvercles étanches carrés. Collage de traverses de raidissage pour le dessus des bancs. 

bancslatraux21.jpg

 Fabrication du gabarit de traçage pour le dessus des bancs. Le dessus sera réalisé en CP marine ép. 5mm.

bancslatraux24.jpg

 Dessus des bancs montés à blanc.

5 mars, 2007

Le coeur marin

Classé dans : poesie — didd @ 20:15

Regrets perdus dans la marée
crêtes abîmées par le vent
ceux-là sans cesse ramenés
et celles-ci disparaîssant
nulle effluve nulle rosée
ne vient calmer le palpitant
la vague verte abandonnée
s’abat perpétuellement
tandis que chaque jour rapporte
tous ces regrets devant la porte

(Raymond Queneau)
emprunté à la bibliothèque faut en profiter lol

*************************************************************

 Les conquérants

Comme un vol de gerfauts hors du charnier natal,
Fatigués de porter leurs misères hautaines,
De Palos de Moguer, routiers et capitaines
Partaient, ivres d’un rêve héroïque et brutal.
Ils allaient conquérir le fabuleux métal
Que Cipango mûrit dans ses mines lointaines,
Et les vents alizés inclinaient leurs antennes
Aux bords mystérieux du monde Occidental.
Chaque soir, espérant des lendemains épiques,
L’azur phosphorescent de la mer des Tropiques
Enchantait leur sommeil d’un mirage doré ;
Ou penchés à l’avant des blanches caravelles,
Ils regardaient monter en un ciel ignoré
Du fond de l’Océan des étoiles nouvelles.

José Maria de hérédia (1842-1905)  *************************************************************

Oceano nox

Oh ! combien de marins, combien de capitaines
Qui sont partis joyeux pour des courses lointaines,
Dans ce morne horizon se sont évanouis !
Combien ont disparu, dure et triste fortune !
Dans une mer sans fond, par une nuit sans lune,
Sous l’aveugle océan à jamais enfouis !
Combien de patrons morts avec leurs équipages !
L’ouragan de leur vie a pris toutes les pages
Et d’un souffle il a tout dispersé sur les flots !
Nul ne saura leur fin dans l’abîme plongée.
Chaque vague en passant d’un butin s’est chargée ;
L’une a saisi l’esquif, l’autre les matelots !
Nul ne sait votre sort, pauvres têtes perdues !
Vous roulez à travers les sombres étendues,
Heurtant de vos fronts morts des écueils inconnus.
Oh ! que de vieux parents, qui n’avaient plus qu’un rêve,
Sont morts en attendant tous les jours sur la grève
Ceux qui ne sont pas revenus !
On s’entretient de vous parfois dans les veillées.
Maint joyeux cercle, assis sur des ancres rouillées,
Mêle encor quelque temps vos noms d’ombre couverts
Aux rires, aux refrains, aux récits d’aventures,
Aux baisers qu’on dérobe à vos belles futures,
Tandis que vous dormez dans les goémons verts !
On demande : – Où sont-ils ? sont-ils rois dans quelque île ?
Nous ont-ils délaissés pour un bord plus fertile ? -
Puis votre souvenir même est enseveli.
Le corps se perd dans l’eau, le nom dans la mémoire.
Le temps, qui sur toute ombre en verse une plus noire,
Sur le sombre océan jette le sombre oubli.
Bientôt des yeux de tous votre ombre est disparue.
L’un n’a-t-il pas sa barque et l’autre sa charrue ?
Seules, durant ces nuits où l’orage est vainqueur,
Vos veuves aux fronts blancs, lasses de vous attendre,
Parlent encor de vous en remuant la cendre
De leur foyer et de leur coeur !
Et quand la tombe enfin a fermé leur paupière,
Rien ne sait plus vos noms, pas même une humble pierre
Dans l’étroit cimetière où l’écho nous répond,
Pas même un saule vert qui s’effeuille à l’automne,
Pas même la chanson naïve et monotone
Que chante un mendiant à l’angle d’un vieux pont !
Où sont-ils, les marins sombrés dans les nuits noires ?
O flots, que vous savez de lugubres histoires !
Flots profonds redoutés des mères à genoux !
Vous vous les racontez en montant les marées,
Et c’est ce qui vous fait ces voix désespérées
Que vous avez le soir quand vous venez vers nous!

Victor Hugo (1802-1885)

15 février, 2007

Navigateur solitaire

Classé dans : poesie — muzik @ 21:18

 

Les pieds dans les copeaux l’artisan fait la planche
il se laisse porter par la lourdeur de l’eau
il a pris soin de mettre un gilet bien étanche
pour ne pas disparaître et couler corps et os
C’est ainsi qu’il dérive au milieu de la Manche
en regardant le ciel d’un regard chemineau
parfois d’une main sûre il écarte une branche
d’algue proliférant en l’humide berceau
Parfois à son côté passe un transatlantique
tout prêt à l’accueillir, c’est lui qui ne veut pas
il préfère sa course à l’humeur touristique

parfois à son côté un iceberg tragique
pourrait bien l’emporter jusques à Wabana
mais lui tout ce qu’il souhaite est gagner Reykjavik

R.Queneau

 

chezjules |
flores |
Fish3chips |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | fun top super coi !!
| PAWÔL VWÊ
| avisdroitsocial